Culinary Music Tour 2014 – Kansas City

By 21 août 2014Culinary music tour

kansas-city-plazza

Il s’est écoulé une semaine depuis notre départ. Je suis parti avec plein de bonnes intentions concernant la mise à jour de nos aventures mais c’était sans compter sur le fait que nous allions être extrêmement débordés ! Je vais essayer de tenir mes promesses et publier autant que possible les moments forts de cette aventure sous forme de journal. 

Mardi 12 août

C’est avec des cernes et une soirée bien arrosée que nous avons quitté Paris mardi 12 août à midi. Chacun a pris un avion différent, on s’est dit que l’on allait retarder un maximum la promiscuité qui nous attendait lors du road trip. La traversée de l’Atlantique est toujours fascinante car le soleil ne bouge pas dans le hublot. Atterrissage à Chicago 5 ans après mon dernier passage aux USA. Il y a un peu d’attente à l’immigration puis à la douane, qui regarde mes escargots et mon laminoir à pâtes d’un oeil curieux en listant mes antécédents sur le sol américain. Ils me font bien savoir qu’ils connaissent tout de ma vie ici, ce qui me laisse quand même une impression désagréable. Je mange un super grilled cheese dans l’aéroport pour oublier tout ça en attendant mon vol pour Kansas City. Le second vol paraît très court et lors des dernières minutes de vols, je peux enfin admirer le Kansas depuis le ciel. À ma grande surprise, c’est très vert !

L’avion touche le sol et je retrouve rapidement la tribu Beck, juste devant les escaliers de l’abri anti-tornades ! Le sac de Chris s’est égaré à Charlotte, on ne le recevra que le lendemain. Accolades, embrassades, des sourires et hop, on rejoint la voiture sur le parking. Il est 17h30 heure locale, minuit et demi en France. Sur la banquette arrière, une bonne grosse glacière avec des mister Freeze et de la bière glacée ! L’aéroport et une bonne partie de Kansas City se trouvant dans le Missouri, il est légal de boire dans la voiture tant que le conducteur n’y touche pas ! Direction le stade de Kauffman pour mon premier match de baseball.

aeroport-KC

On se gare sur le parking pour se faire un petit tailgate dans les formes. To tailgate, c’est boire (et manger) sur le parking d’un stade avant et pendant le match. Quand j’étais à Baton Rouge, de nombreux supporters n’ayant pas de places pour entrer au Tiger Stadium restaient sur le parking pour suivre le match à la télévision. Il fait bon, je suis en T-shirt, je trouve qu’il fait chaud mais je suis loin d’imaginer ce qui m’attend les jours suivants. L’été sibérique que j’ai laissé derrière moi ne m’a vraiment pas préparé à ce choc thermique ! Trois bières plus tard, nous entrons dans le stade immense. Les clameurs des spectateurs se font vraiment intenses, faisant vibrer l’immense structure bétonnée. Ça sent la saucisse, les cornichons et la sueur ! Après une montée en colimaçon, une petite allée nous conduit  en plein milieu des tribunes du stade. 15 heures de voyage avec la gueule de bois ne peuvent surtout pas vous préparer à la sensation de vertige que l’on a en entrant dans ces stades démesurés !

royals-game-parking
tailgate
royals-game-stadium

Nous trouvons nos sièges et Alex est nommé responsable de la première mission houblon. Chris me réexplique les bases du baseball et commente les coups joués. Au début, c’est un peu comme regarder une sitcom en VO et ne pas maîtriser la langue : les rires enregistrés nous aident à trouver nos marques. C’est très vivant en fait. Rien à voir avec ce que j’avais déjà pu voir à la télévision ! Les Royals (l’équipe de Kansas City) est largement dominée et ce n’est pas de chance pour nous car ils viennent d’enchaîner une série de victoires. Ils on gagnés 18 matches sur 19 en moins de 3 semaines. Profitant d’un moment calme entre deux innings (sessions de jeu), nous allons chercher des pulled porc nachos.

pulled-pork-nachos

royals-game-3

C’est le moment « gastronomique » de ce billet : des chips de maïs craquantes recouvertes d’effilochade de porc fumé, de sauce barbecue, de fromage coulant, surmonté de coleslaw. C’est gras, c’est sucré, salé, fumé, aigre et franchement bon ! Les Royals marquent quand même quelques points spectaculaires dans le 5ème inning , ce qui enflamme le stade quelques minutes où l’on croît encore que l’équipe peut renverser la situation. Mais passé ce point sans succès, les gradins commencent à se vider rapidement. Une chance pour nous qui profitons de la situation pour nous rapprocher du terrain. Nous voilà soudain capables d’entendre le bruit de la balle frappant le gant du catcheur et lorsque c’est le cas, le claquement sec et inimitable de la batte !

royals-game-2 royals-game

Nous quittons le stade et rejoignons l’appartement d’Alex qui nous héberge pour la nuit.

Mercredi 13 août

7h du matin, impossible de dormir plus longtemps, nous déposons Alex au boulot pour pouvoir utiliser sa voiture. On s’arrête ensuite au First Watch de Wesport, un family dîner de qualité où nous commandons des omelettes avec tous les saints sacrements (bacon, oignons vert, champignons…) et des oeufs benedict. Le service est exceptionnel, chaleureux et souriant et je me rends compte à quel point cela m’a manqué ces dernières années.

On reste 2h sur place en sirotant notre café dilué et un jus d’oranges pressé absolument fantastique. Je poste mes premières photos sur Facebook et on envoie des emails à nos contacts pour programmer la suite du road-trip.

On sort l’estomac repu dans les rues de Westport, le quartier historique de Kansas City, fondée en 1833. C’était le poste de la civilisation américaine le plus avancé à l’ouest des États-Unis.  Se trouvait au coeur de la ville un carrefour avec les pistes conduisant en Oregon et en Californie pour les personnes et Santa Fe pour le bétail.  C’était donc une ville de passage pour de nombreux voyageurs et un terminus pour les bovins. Kansas City est un lieu d’abatage, ce qui lui confère toujours aujourd’hui cette légitimité du barbecue. C’est aussi la ville natale de Chris, qui est très ému par son retour.

westport

En parlant de barbecue, on se rend compte que nos oeufs sont déjà loin (pas vraiment, mais quand je voyage, je mange toutes les deux heures) et nous nous dirigeons vers une station service mythique de KC (Kansas City). Nous nous garons devant chez Oklahoma Joe’s, l’un des lieux qui atteint les top 5 des lieux de barbecues sur Forbes, Food Network et USA Today. Anthony Bourdain a même avoué que c’était son endroit préféré pour le barbecue, l’un de ses 13 endroits où manger avant de mourir. Nous faisons la queue devant tous ces chiffres, les articles de journaux et les coupes de championnat de barbecue remportées lors de différentes années.  Le bâtiment est divisé en deux : Un côté station service, un côté restaurant avec une quinzaine de tables qui se remplissent peu à peu. Il est midi et nous sommes contents d’être venu tôt car la file d’attente s’allonge et serpente pour zigzaguer sur le parking en plein cagnard.

oklahoma-joes-1 oklahoma-joes

oklahoma-joes-menu

Nous commandons des ribs, du brisket, un pulled pork burger, des haricots au lard fumé, des frites et deux grands thés glacés. On partage tout en deux et on se jette sur la bouffe. Les ribs sont glacés à la sauce barbecue et ne demandent qu’à s’éfillocher et fondre dans la bouche, libérant de subtils arômes de sucre brun caramélisé, pour finir sur une note délicatement fumée. On est vraiment loin de tout ce qu’on connaît en France. Le reste est délicieux. Je fais connaissance avec le brisket, un filet de boeuf qui cuit 13 à 15h en basse température dans un fumoir. Les tranches se tiennent mais dès qu’on les mâche, elles fondent en libérant leur fantastique jus de cuisson. On se régale.

oklahoma-joes-pulled-pork
oklahoma-joes-ribs-brisketoklahoma-joes-bbq-sauce

On repasse devant le distributeur de boisson, car comme dans tout restaurant américain qui se respecte, les refills (la possibilité de se resservir) sont gratuits. En sortant, devant l’étagère monumentale de sauces barbecues et épices en tout genre, une idée vient à Chris. Il demande à voir le manager. On nous envoie le directeur du marketing à qui nous exposons notre projet de tour culinaire et musical. Enchanté, il souhaite nous accorder une interview sur l’histoire du lieu. Nous prenons rendez-vous pour septembre. Il nous dit en partant « Puis vous enfilerez des gants et on effilochera du porc ! ». On est trop heureux. Comme quoi, ça ne fait jamais de mal de demander 🙂

oklahoma-joes-barbecue-section

Nous passons les deux heures suivantes à visiter KC qui est la deuxième ville du monde à posséder le plus de fontaines, après Paris. Je vous laisse découvrir la ville en images.

kansas-city-foutain

kansas-city-plazza-2 kansas-city-plazzakansas-city-museum

Nous prenons ensuite la route de Lawrence, pour aller rencontrer l’équipe de Pachamama’s, le restaurant qui nous accueille pendant deux jours pour nous permettre de réaliser notre projet. La soirée se termine par la mise au sel des terrines à 22h. L’équipe du restau et son chef de cuisine Tim se montrent très accueillants. Nous allons ensuite chez les parents de Jeff, un ami de Chris, qui possèdent une maison immense. On sirote une bière sur le back porch et on s’écroule d’épuisement vers 1h.

 

Author Antoine

Globe trotteur gastronome, mes nombreux voyages en Europe et aux Etats-Unis ont influencé ma cuisine et ma quête constante d'une qualité de vie qui met au centre la gourmandise. Je suis aussi le fondateur de Mingle, une agence de conseil en communication.

More posts by Antoine

Join the discussion 7 Comments

  • Marielle dit :

    C’est quand que je peux venir vous rejoindre? J’ai faim!!!! 😉

  • Anne-Liesse dit :

    J’adore redécouvrir le Kansas et Kansas City avec ton regard. J’ai beaucoup oublié depuis 16 ans que j’en suis partie. Je ne pensais pas avoir envie de retourner à KC mais ton évocation de Wesport, que j’avais adoré, me ferait presque changer d’avis…

    Niveau culinaire, je serais incapable d’ingérer le quart de la viande dont tu parles dans ce billet. La quasi-végétarienne devait déjà sommeiller en moi à l’époque car je n’ai aucun souvenir de briskets ou autres. À goûter au prochain voyage ?!

    Hâte de lire ton récit concernant Lawrence, KS. Et heureuse de revalider le fait qu’on peut être bien n’importe où aux US, y apprendre des choses intéressantes et bien manger, quand on s’en donne la peine… et qu’on est en bonne compagnie.

    Enjoy Colorado !

  • Aspásia dit :

    je suis très heureux pour vous!
    : }

  • Marielle dit :

    Ne me tente pas! C’est votre projet il est naturel que vous le viviez ensemble!
    J’ai bon espoir qu’un jour je visiterai Kansas city 😉
    Continue à écrire! Ton blog est fantastique! J’aime tes détails croustillants 🙂

  • Cloporte dit :

    Wahou 1000 bravos Antoine tu es vraiment une personne fascinante et de grand talent 🙂 A très vite pour la suite des tes aventures

    • Antoine dit :

      Merci beaucoup ! Je prends du retard sur la restitution de la suite des aventures car il se passe trop de choses pour pouvoir les raconter en temps réel ! Patience, la suite arrive 🙂

Leave a Reply