BIEN BOIRE EN BEAUJOLAIS 2017

By 23 avril 2017VIN / SPIRITUEUX

bien-boire-en-beaujolais

Voilà deux ans que je note une date bien particulière dans mon agenda début avril. C’est un fameux rendez-vous atypique de passionnés. S’y retrouvent d’ailleurs ceux qui font plus que ceux qui parlent et c’est pour cela que j’ai un peu tardé à vous conter cette expérience. Vous trouverez peut-être cela égoïste de ma part, mais j’aimerais que ce « salon atypique » reste un peu confidentiel. Je vais tenter de vous décrire l’atmosphère que je retrouve depuis 2 éditions déjà.

Bien Boire en Beaujolais, ou la BBB pour les intimes réunit depuis 6 ans entre 150 et 200 exposants passionnés, groupés sous 5 associations de producteurs : «Beaujoloise», «Biojolaise», «Beaujol’Art», «Beaujol’All’Wines» et «Les Gamays Chics». Deux ans pour moi que la BBB devient un rendez-vous attendu et presque appréhendé… Est-ce que cela va être aussi bien que l’année dernière, tel producteur sera-t-il présent? Cette année, l’événement innovait avec 3 sites sur 3 jours de dégustation : le Château de Pizay, La Chaize et des Ravatys.

Cette grand-messe du Beaujolais est aussi l’occasion pour moi de retrouver de récents mais chers amis qui m’accueillent d’une façon particulièrement généreuse et attachante. Nous nous sommes tous retrouvés à Lancié, un beau midi ensoleillé de printemps, pour un petit apéro d’échauffement afin d’éviter un claquage du gosier, c’est lundi tout de même. J&G bossent dans la gastronomie et vivent cette vocation de toute leur âme, n’hésitant pas à transformer l’espace de soirées mémorables leur maison en la plus charmante des auberges alentours. Il est soudain temps de partir et G. démarre sa jolie 2CV décapotée et je m’empresse de rejoindre la banquette arrière confortable. En quelques minutes, nous serpentons aux milieu des fortes collines qui composent les contreforts du Beaujolais afin de rejoindre le Château de Pizay.

beaujolais4beaujolais8

Une fois passé l’accueil supervisé par la charmante équipe de Rouge Granit, nous parlons brièvement stratégie afin de se séparer et ne pas accaparer les tables de dégustation. Pour ma part. J’ai souhaité commencer par ce que je préfère : les bios, nature et autres jus peu soufrés, qui occupent une place non négligeable dans cet événement. N’étant pas un extrémiste, mais pas non plus un athéiste en termes de religion viticole, je rêverais de trouver pareille proportion lors d’un événement équivalent en Bourgogne, ma région natale et de coeur. Le Beaujolais nous adresse un joli pied de nez en la matière. Cette remarque est très personnelle, mais je crois que les décennies d’une image galvaudée par le Beaujolais nouveau, par des levures et ajouts plus exotiques les uns que les autres, un léger réchauffement climatique et une poignée de zinzin du vin qui ne lâchent rien ont fini par amorcer une forme de révolution discrète.

beaujolais5

Nous avons commencé par les nectars de Sylvère Trichard (SÉLÉNÉ) que j’ai pu découvrir au Kitchen Café il y a quelques temps. Nous sommes ensuite passé chez les Perraud. Si vous ne connaissez pas le chouette travail du domaine des Côtes de la Molière, je vous invite à lire ce superbe article sur Yohan Savoye (Télérama).

Au détour d’un tonneau, j’aperçois David Large, qui présente 3 fières bouteilles, seul. Heureux de cette opportunité de tailler un bout de bavette avec ce trublion, je lui parle de notre rencontre de l’année dernière et du bon souvenir qu’elle m’a laissé. Il s’empresse de me demander si connais les films TROMA. Assez surpris, je lui réponds que oui. Dans mes souvenirs, c’est une série de films complètements loufoques et difficiles à trouver que je regardais chez un ami (merci Internet). Il me sert alors un verre de son TOXIC GAMAY’NGER, un pied de nez contre culturel aux jus sursoufrés. La robe de ce justicier est opaque, presque menaçante. Au nez, ça envoie du fruit, en bouche, je suis sous le charme de cette puissance originale, souple et inattendue d’un Gamay, comme seul peut le faire David Large. Bravo.

Une virée au sous-sol me permet de découvrir l’un de mes plus gros coups de coeur de la journée. Les vins de MEE Godard, profonds, élégants et droits, loin de mes aventures naturistes à l’étage du dessus. Comme au cinéma, il est parfois nécessaire de se faire un grand classique du genre, racé, complexe. Ses Morgon me laisseront une très forte impression, probablement la plus intense et la plus émouvante que j’aurai de la journée.

beaujolais13

beaujolais9

Direction La Chaize, en navette, pour goûter les jus de Gilles Gelin. Nous commençons avec son “Sans Soufre” gourmand pour enchaîner avec une très jolie “Quintessence du Gamay”, tout à fait le genre de bouteille que j’aime partager.

beaujolais12

beaujolais10beaujolais11

Il est malheureusement déjà trop tard pour rejoindre les Ravatys et nous émettons l’hypothèse d’une virée matinale le jour suivant. C’était sans compter sur la soirée mémorable qui nous attendait…

De l’art de cracher

Ne me jugez pas à la hâte, mais je pense avoir dégusté une bonne cinquantaine de vins cet après-midi là. Il est clair que si l’on ne crache pas ce qu’il n’est pas vital d’avaler, on perd vite le fil. Aucun professionnel ne s’en offusquera et le geste est vite maîtrisé. Vous pouvez vous entraîner à la maison dans votre lavabo et avoir la classe en ponctuant votre geste d’une signature originale. Véridique.

beaujolais7

Soirée mémorable

Nous quittons la BBB dans le soleil couchant pour rejoindre Lancié et partager un apéro gourmand dans le jardin avec les poules. S’échangent remarques de dégustation, souvenirs, tranches de jambon et pickles. Nous rejoignons ensuite la maison et sa grande cour intérieure semi-abritée où un festin de terrine gloutonne, de volailles de Bresse rôties et de gratins de pommes de terre à l’ail des ours nous attend. Nos rires ont résonné tard cette nuit là !

beaujolais15beaujolais2beaujolais3beaujolais14

beaujolais1

À l’année prochaine la BBB !

Author Antoine

Globe trotteur gastronome, mes nombreux voyages en Europe et aux Etats-Unis ont influencé ma cuisine et ma quête constante d'une qualité de vie qui met au centre la gourmandise. Je suis aussi le fondateur de Mingle, une agence de conseil en communication.

More posts by Antoine

Join the discussion 2 Comments

Leave a Reply